Tendances A/H 2020 : celles qu’on ne zappe pas

Depuis la fin du mois de juin, nous sommes abreuvées par les tendances féminines qu’il faudra adopter cet automne/hiver. Avec ces exposés, viennent souvent de nombreuses wishlists qui nous permettraient de faire passer les “it-pièces” des looks des défilés à ceux de la vraie vie.

La question est la suivante : est-ce que je dois vraiment m’écouter et craquer pour toutes ces tendances ? Ai-je vraiment cette place dans mon dressing ? Ai-je vraiment tout cet argent à dépenser, alors que l’année prochaine elles seront peut-être déjà périmées ? Finalement, peut-être qu’il vaut mieux miser sur seulement quelques pièces ultra tendances qui seront, à coup sûr, réutilisables à l’infini au fil des saisons, plutôt que d’acheter toutes ces “it-pièces” à petit prix et de devoir en laisser les trois quart de côté l’année prochaine.

Nous allons voir ensemble, quelles tendances garder en tête cette saison pour agrémenter notre dressing de façon futée !

Les “néo-shoulders”

Mais qu’est-ce ? Oui je sais, cet anglicisme sophistiqué c’est pour parler des épaulettes, des épaules larges, des épaules structurées ou encore surdimensionnées. Elles sont tout droit sorties des années 1980 grâce (notamment) à Thierry Mugler et son “executive woman”.

Défilé Thierry Mugler A/H 1983

Pourquoi miser sur une pièce à épaulettes ? C’est plutôt vieillot et pas trop passe-partout quand même ! Justement, elles trainent dans les parages mode depuis un petit moment ces épaulettes… Par exemple, chez Isabel Marant, les épaules structurées sont quasiment une marque de fabrique sur la plupart de ses vestes et manteaux. Du coup, on peut se dire que les néo-shoulders ne sont pas près de disparaitre ! En plus, ça tombe bien, elle nous font une silhouette canon, non ?

Défilé Isabel Marant P/E 2010

D’ailleurs, pas plus tard que cet été, les épaules larges se sont tapées l’incruste sur tous nos tee-shirts (merci à la marque The Frankie shop). Et bien, cet automne/hiver aussi, elles sont partout. Pas un défilé sans au moins une silhouette structurée par des néo-shoulders.

Défilé Balmain A/H 2020

Et nous ? On veut bien être tendance en néo-shoulders, alors ! Qu’est-ce que qu’on choisit d’acheter si on a pas déjà une pièce épaulée dans notre dressing ? Réfléchissons peu, mais bien ! J’ai sûrement déjà pleins de robes et de hauts dans ma garde robe, je vais éviter d’acheter de nouveau une de ces pièces sous prétexte qu’elle est dotée d’épaules accentuées. Mais (accrochez-vous à vos culottes), si je choisis seulement un blazer à épaules larges, une veste à épaules structurées ou un trench (le trench = basique de tous les temps) à épaulettes, c’est toutes les pièces déjà présentes dans ma garde robe actuelle que j’agrémente à ma guise avec THE veste à néo-shoulders pour être tendance de jour comme de nuit ! Pas bête la guêpe !

Pour être vraiment sûre de la garder au fil des ans, mieux vaut éviter deux petites choses : les épaulettes de l’extrême et les couleurs(ou imprimés trop prononcés. On préfère donc se tourner vers des épaules larges, mais pas trop, qui sauront magnifier notre silhouette au fil des années. On se tournera également vers des couleurs ou des imprimés plutôt intemporels : le noir, le marron, le bleu marine, les verts kaki ou profond, le beige, les carreaux ou les rayures tennis (dans des tons neutres).

Petite astuce économies en plus : les néo-shoulder DIY ! Sur Youtube, on peut trouver des explications pour ajouter nous-mêmes des épaulettes à une pièce que nous possédons déjà.

Article Marie Claire, @alexandraguerain

Et, qu’est-ce qui est génial quand on opte pour un blazer néo-shoulders ? Si on trouve le pantalon coordonné à celui-ci, on arrive à cumuler une deuxième tendance intéressante pour notre dressing : le tailleur-pantalon !

Le tailleur-pantalon

Cette tendance la a clairement été empruntée au vestiaire masculin, mais on ne vole pas que le blazer (à néo-shoulders) ! Non, on prend aussi le pantalon parfaitement coordonné à celui-ci.

Défilé Hermès A/H 2001

Si on a bien suivi toute l’histoire, pendant la saison 2019 on avait déjà eu droit aux ensembles blazer/pantalon accordés à la perfection. En fait, c’est un classique qui fait son apparition depuis le début des années 2000 sur les podiums (au moins). Du coup, si on a déjà craqué les saisons précédentes pour un ensemble : bingo une économie de faite ! Dans des tons neutres, avec des couleurs pastelles, des couleurs plus franches, des carreaux ou des rayures : il est de retour !

Défilé Hermès A/H 2020

Sinon, il n’est pas trop tard, il sera forcément un bon investissement ! Pourquoi ? Parce que, même si l’année prochaine la mode passe à autre chose et rejette en bloc le tailleur-pantalon qu’elle chérit depuis des décennies, on a toujours un blazer (inépuisable basique, mais toujours tendance) et un pantalon à assortir séparément pour le reste de notre vie !

Et si on est un petit génie de l’investissement et qu’on n’a pas froid aux yeux, qu’est-ce qu’on fait ? On investit dans un tailleur-pantalon en cuir (ou simili cuir). Pourquoi ? Parce que, comme ça nous avons toutes les cartes en main pour être à la pointe de la tendance suivante : le cuir (Grrrrr) !

Le cuir/vinyl

Souvenons-nous l’hiver dernier. C’était lui , le look Highlander des années 1990 qui était de retour (oui la série, j’avoue plus récent il y a Matrix) ! Si nous n’étions pas prêtes à le voir déjà repartir, ça tombe bien, il revient plus fort cet automne/hiver !

Défilé Sonia Rykiel A/H 2017

Vestes, trenchs, pantalons, combinaisons, robes ou jupes, le cuir s’affiche de toutes les couleurs sur les podiums, avec son pote le vinyle ! Particuliers, parfois même un peu connotés (Grrrrr), cuir et vinyle ont fait twister les défilés les plus sages de cette saison. Par exemple, Maria Grazia Chiuri a réussi à nous présenter une femme un peu bohème et très féminine (et toujours féministe) dans une magnifique combinaison-pantalon en cuir noir. Pour le vinyle, il y a Prada qui présente une longue veste sans manches en vinyle rose, fourrée marron. Jupe longue fendue et chemise sans manche/cravate sont en-dessous.

Défilé Dior A/H 2020

Alors, pourquoi, nous aussi, on investirait pas dans une pièce en cuir ou en vinyle ? Après tout, ces matières peuvent twister les tenues les plus sages de la vraie vie avec très peu d’effort, comme c’est le cas sur les podiums ! Je ne veux pas me prendre la tête aujourd’hui et je compte bien me contenter de mon uniforme jeans/pull doudou ? Je mets le blazer en cuir dont on a déjà parlé ! Je peux aussi essayer avec un trench dans la même matière ou, si je n’ai pas froid aux yeux, en vinyle !

J’en ai marre de ce côté classique de mon ensemble de bureau ? Et si j’associais ma tenue de travail habituelle à une jolie jupe (plissée j’adore) en cuir ou en vinyle ! Ou pourquoi pas à un beau pantalon en cuir droit !

Super… Je dois sortir (ou pas) et je vais encore servir à tout le monde cette sempiternelle Petite robe noire ? Mais non, je vais utiliser une magnifique robe en cuir ! En plus, si elle est sans manches, je peux facilement y glisser une chemise dessous pour aller au travail, ou même un petit col roulé ! Et, pour un look casual, je pourrai l’associer à un pull doudou par-dessus, la transformant automatiquement en jupe (ou comment avoir deux pièces pour le prix d’une) !

On l’a bien compris, cuir (ou simili cuir) et vinyle sont parfaits pour se sentir en vogue ! Pour ma part, je trouve quand même que, des deux, le cuir reste plus simple à accommoder en toutes circonstances et il est aussi plus intemporel. Une telle prouesse est-elle également réalisable en se mettant à l’Ère du bohème ?

Gypset un jour, gypset toujours

Gypset (aucun rapport avec les Gipsy kings) est le nom donné à cette tendance bohème installée depuis plus de dix ans dans le paysage fashion. C’est un mélange entre “gypsy” et “jet-set”, autrement dit le hippie des années 70 modernisé par le consumérisme contemporain. C’est l’esprit bohème des podiums avec des matières nobles et des vêtements bien coupés.

Défilé Roberto Cavalli P/E 2017

Robes bohèmes, matières vaporeuses, imprimés cachemire ou fleuris, pantalons flare, volants ou encore franges… Voilà les principaux moyens de reconnaitre cette tendance, ou de faire savoir qu’on la suit ! C’est d’ailleurs ce qu’à voulu nous faire comprendre Hedi Slimane cette saison : la femme Celine et aussi bohème quand elle le veut !

Défilé Celine A/H 2020

C’est d’ailleurs pour cette reconnaissance simple et cette durée de vie dans le paysage de la mode que, nous aussi, on veut ajouter un côté gypset à notre dressing ! Cette robe fluide imprimée. Elle me donne de l’allure cet saison avec des bottes en cuir (ou simili). En plus, elle est tellement vaporeuse que je pourrai facilement la remettre ce printemps/été avec les jambes nues et des jolies sandales !

Je veux être dans le mood gypset, mais pas avec une grosse pièce ? Je choisis une blouse fluide. Avec des volants ou des manches un peu bouffantes et floues, je peux la mettre avec ma jupe plissée en cuir (attends j’amortis la dépense, même si c’est du simili cuir) ou avec mon pantalon en jean ou en velours faisant partie des basiques de mon dressing. Encore plus poussé si je mets le tout sous un trench inspiration Burberry. Il est là depuis des années (ou on le gardera des années après l’avoir trouvé, vintage par exemple) et il n’est pas prêt de se faire jeter !

J’ai envie de grand est ? J’ai envie de franges ? Sur une jupe, pour rendre mon pull doudou différent ! Sur une veste ou même un accessoire (sac ou bottes), pour que personne ne se dise que mettre une paire de jeans avec un col roulé, c’est vraiment trop bateau !

Bref, une tendance comme ça, c’est le bon choix à coup sûr. Une pièce, plusieurs associations et une réutilisation inter-saisons à l’infini !

Je retiens donc quatre tendances sur toutes celles qui peuvent nous être présentées sur les podiums, avant d’être retranscrites à l’infini. Je les trouve plus judicieuses si on aime la mode tout en vivant dans la vraie vie : celle où le commun des mortels ne peut pas vivre de mode et d’eau fraiche ! Celle aussi où la mode est un éternel recommencement qui ne cesse de produire, polluer (un peu quand même) et pousser à la consommation (ah, vraiment c’est pas mon genre de craquer, hum).

Il n’est pas nécessaire d’investir dans toutes les pièces qu’on nous vend partout pour être à la pointe de la mode. On a juste besoin d’identifier celles qu’on préfère, celles qui seront là le plus longtemps, car on les voit depuis longtemps aussi, pour ne pas investir inutilement. On investit dans quelques belles pièces, sur le marché du neuf ou de la seconde main, on les choisit intemporelles et on les garde le reste de notre vie en étant assurée de ne pas avoir l’air datée (fashionement parlant). Une pièce seule peut twister toute une tenue faites de basiques. Au fur et à mesure, certaines de ces pièces tendances deviennent même des basiques de notre garde-robe, mais pas des pièces passe-partout néanmoins. Par exemple, le fameux trench est un basique d’une garde robe, mais il n’est pas pour autant l’élément fade d’une silhouette, il donne une certaines allure (à méditer)…

Après les tendances à garder, on pourrait aussi discuter ensemble des couleurs tendances à ne pas négliger, non ?

Marieliiily

6 thoughts on “Tendances A/H 2020 : celles qu’on ne zappe pas

Leave a Reply

Your email address will not be published.